NeuropsychoJolly (roger)

Cartes cognitives

Les cartes cognitives sont les représentations mentales de l'espace.
Elles permettent la flexibilité dans l'utilisation des informations (utiliser une information mémorisée pour résoudre un problème pour lequel elle n'était pas destinée au départ).
Elles permettent également de faire des "inférences", c'est-à-dire de générer des informations nouvelles à partir d'informations connues.

D'un point de vue méthodologique, on peut considérer qu'une espèce animale possède des cartes cognitives si l'individu peut :
- atteindre un objectif connu même si le point de départ n'a jamais été utilisé auparavant,
- inférer un raccourci (donc non utilisé auparavant) entre deux emplacements,
- effectuer un comportement de détour si le trajet habituel est impraticable.


Pour aller plus loin :
Il s'agit d'une hypothèse de Tolman (1948) qui a permis de sortir du béhaviorisme et d'entrer dans la psychologie cognitive.

Le béhaviorisme considérait que l'on ne pouvait étudier que des entrées, sorties et les relations entre entrées/sorties et que l'on ne pouvait pas entrer dans la "boîte noire".
Selon Tolman, l'activité de la boîte noire ne se résume pas à "brancher" des connections entre entrées et sorties, mais est un processus réellement actif.
"Le bureau central ressemble plus à une salle de contrôle des cartes qu'à un standard téléphonique [à l'ancienne]. il y a une élaboration des stimuli dans cette tour de contrôle et pas seulement branchement des fiches en fonction des numéros demandés".

Tolman se base sur 5 observations :
- l'apprentissage latent : un animal qui se déplace librement dans un nouvel environnement et sans autre motivation, "apprend" cet environnement.
- le comportement d'hésitation : semble montrer que l'animal "réfléchit", c'est-à-dire que son comportement n'est pas soumis à une réponse déclenchée automatiquement par un stimulus.
- la recherche de stimuli : après un stimulus aversif, l'animal semble chercher quel était le stimulus prédictif.
- la formulation d'hypothèses : dans certains labyrinthes, les rats semblent "tester des hypothèses" pour atteindre la nourriture : aller toujours à droite, aller toujours là où il y a la lumière...
- l'orientation spatiale : le rat est capable de se diriger tout droit vers un but s'il a déjà atteint ce but par un trajet indirect.

Biblio
Tolman EC (1948) Cognitive maps in rats and men. Psychol. Rev. 55(4):189-208.




26/11/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres