NeuropsychoJolly (roger)

Rétinotopie aire 17

Rétinotopie corticale : définition formelle
C'est la façon dont la rétine est représentée fonctionnellement dans le cortex.
Décrire la rétinotopie corticale de l'aire 17 consiste à identifier quelles sont les zones de l'aire 17 qui sont activées lors des stimulations des différentes régions de la rétine.

La fovéa (centre de la rétine) est représentée par le centre de la croix.
Le schéma "Œil" montre un angle de 20 degrés par rapport à l'axe central.
Sur le schéma de la rétine vue de face, on voit la surface de la rétine concernée par des stimulations qui arrivent avec un angle inférieur ou égal à 20° (zone bleue foncée et zones concentriques).
On voit les zones concernée par des stimulations qui arrivent avec un angle inférieur ou égal à 10° (zone mauve et zone concentriques), ou inférieur ou égal à 5° (zone fushia).
La zone correspondant à un angle inférieur ou égal à 1° était trop petite pour être représentée.




Si on envoie une stimulation visuelle sur la fovéa (angle 0°), les cellules de la région marquée "x" vont s'activer (schéma du cerveau en haut à droite).
Plus la stimulation s'écarte de la fovéa (l'angle augmente), plus les cellules corticales activées seront situées vers le "A", puis vers le "B", puis... La périphérie de la rétine est située après le "E" et le "F".

Si on prend cette partie du cortex et qu'on l'étale, on obtient une forme plus ou moins ovoïde (en bas à droite).
On constate que les zones 1°, 5° et 10° sont largement sur-représentées au niveau cortical par rapport aux zones périphériques : les zones centrales de la rétine ont une toute petite surface dans la rétine mais une représentation extrèmement grande proportionnellement dans le cortex.
D'un point de vue fonctionnel, une sur-représentation cellulaire (grande surface de cortex) permet une représentation plus précise des stimuli présentés.
Analogie schématique : si l'on considère que les cellules sont des "pixels" d'appareil photo, un appareil photo qui dispose de 10 millions de pixels permettra de faire des photos beaucoup plus précises qu'un appareil qui dispose de 500 000 pixels.
Ce résultat est conforme avec l'idée que le centre de la rétine analyse les formes alors que la périphérie permet une détection très sensible des stimuli, mains ne permet pas d'analyser les formes.
Au temps de l'argentique, pour obtenir une forte sensibilité, on utilisait, le 1600 asa qui permettait des photos en milieux sombres mais la contrepartie était l'apparition de "grain" ou "grains"... moins de pixels.









19/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres