NeuropsychoJolly (roger)

Moralité : certains tests sont plus puissants que d'autres

Nous avons vu à plusieurs reprises que la possibilité de prendre une décision (répondre à la question : "le résultat que j'observe est-il du au hasard ou à l'effet du facteur que j'étudie ?") dépend des éléments que nous prenons en compte.
En règle générale, plus nous disposons d'information, et plus nous avons de chances de pouvoir prendre une décision.
En statistiques, cette capacité à prendre une décision est appelée la "puissance".

Nous avons vu (Typologie des variables en fonction de la quantité d'information véhiculée) qu'une VD quantitative contenait plus d'information qu'une VD ordinale, et elle même en contenait plus qu'une VD qualitative. Les tests utilisant des VD quantitative seront plus puissants que ceux qui portent sur une VD ordinale, eux-mêmes plus puissants que ceux portant sur une VD qualitative.
Mais évidemment, lorsqu'on mesure une VD sous forme qualitative, on ne pourra pas la transformer en variable quantitative. Les tests portant sur des VD qualitatives ont donc leur utilité.

Nous avons vu (Hypothèses unilatérales et bilatérales) que l'on pouvait parfois tirer des conclusions si l'on avait formulé une hypothèse forte alors qu'une hypothèse faible ne le permettait pas. Formuler une hypothèse forte permet donc d'augmenter la puissance des tests.
Mais évidemment, la théorie disponible et les informations bibliographiques ne permettent pas toujours de formuler une hypothèse forte.

Nous avons vu qu'il était parfois possible de prendre un groupe comme son propre témoin. En statistiques, on appelle cela la méthode des "échantillons appariés" ou des "mesures répétées" (graphiques 2 et 3 de la page précédente). Ces méthodes permettent parfos de prendre des décisions là ou celle des "échantillons indépendants" (figure 1 de la page précédente).
Mais évidemment, certaines expérimentations ne permettent pas d'utiliser ces procédures et contraignent à utiliser des échantillons indépendants. Vous étudiez le facteur "sexe" et voulez comparer des mâles et des femelles : l'utilisation d'échantillons indépendants est évidente. Autres exemples : la mesure de votre VD dans une condition expérimentale risque d'influencer le résultat dans l'autre condition ou empêche totalement sa mesure. Vous étudiez l'influence d'une substance sur un apprentissage. Vous mesurez la vitesse d'apprentissage en condition placebo. Comme les sujets ont déjà appris, on ne peut pes retester leur vitesse d'apprentissage en condition "substance". Vous étudiez l'effet d'un traitement sur des cellules, mais ne pouvez mesurer la VD qu'in vitro (activité biologique). Vous êtes donc obligé de broyer les cellules pour mesurer la VD et ne pouvez plus réutiliser ces cellules pour une mesure de la VD dans une autre condition expérimentale.

Donc en rêgle générale, on cherchera lors de l'opérationnalisation de l'hypothèse théorique, à concevoir un plan d'expérience permettant d'utiliser les tests statistiques les plus puissants possibles. Souvent, il sera possible de choisir son plan assez facilement (si l'on connait la méthodologie et les statistiques). Mais il arrive que, même avec ces connaissances, des hésitations subsistent (hypothèses fortes ou faibles ?) en particulier lorsque des théories divergentes s'affrontent. Que faire alors ? Il faut choisir le plan que l'on est le plus capable de justifier et de défendre par la suite ! C'est là qu'il est important de bien connaître ses stats, leurs mécanismes, et les principes de base de la méthodologie. 

Pelle mécanique ou petite cuillère ?
Pour enterrer une canalisation, vous utiliserez de préférence une pelle mécanique. Pour des fouilles archéologiques, vous creuserez plutôt votre tranchée à la cuillère et au pinceau. Chaque outil a une puissance différente en fonction du but recherché. Mais évidemment, des discussions peuvent naître si le site archéologique se situe là où l'on doit construire la route.
C'est votre capacité à défendre votre point de vue, et donc votre connaissance des outils disponibles et de votre sujet combinée à votre art de la réthorique, qui vous permettront de faire accepter l'utilisation de l'outil que vous avez choisi.


Page suivante :
Page précédente : Prendre un groupe comme son propre témoin
Retour au plan


27/02/2009
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres