NeuropsychoJolly (roger)

Matrices hétéro-associatives : phase de rappel

On applique le SC seul. Les potentiels d'action (PA) se propagent le long des axones (5).
Lorsqu'un PA arrive à une synapse efficace, il provoque un PPSE (potentiel postsynaptique excitateur) dans la dendrite contactée; celui-ci vient s'additionner aux autres PPSE (schéma 6). Ces synapses "efficaces" sont les synapses "normalement efficaces" du neurone inhibiteur ainsi que les synapses "potentiellement efficaces" qui ont été renforcées par l'apprentissage.
Le neurone inhibiteur transmet dans son axone une activité égale au nombre de PPSE que le corps cellulaire a reçu.
Le nombre des PPSE reçu par les dendrites des neurones "réponse" est divisé par l'activité du neurone inhibiteur (7).
Pour chaque neurone "réponse", ce résultat est transmis au corps cellulaire. Si ce résultat égale ou dépasse "1", le neurone "réponse" génère un PA (son activité est "1"). Sinon, le corps cellulaire ne génère pas de PA (son activité est "0") (7).
Le schéma (8) nous montre qu'en lui donnant le SC, le réseau retrouve le SI.




Mais qu'est-ce qui nous dit qu'il ne répond pas toujours par le code du SI ?
Tentons de lui appliquer un stimulus neutre (lumière verte codée "1 1 0 0 0 1"
Les PA arrivent et sont transmis par les synapses efficaces (9).
On compte dans chaque dendrite, le nombre de PPSE (10); on divise les PPSE des neurones "réponse" par l'activité du neurone inhibiteur (10); on applique le seuil, et on obtient... "0 0 0 0 0 0".



Le réseau ne retrouve donc que ce qu'il a appris.

Cette propriété consistant à associer spécifiquement un stimulus à un autre stimulus s'appelle "l'hétéroassociation".




12/10/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres